A propos du golf

La Ryder Cup, compétition d'exception au rayonnement international…

La Ryder Cup. Compétition d’exception au rayonnement international, qui dépasse le cadre du golf. Qui fait de joueurs placides des bêtes de scène et qui rassemble au-delà des querelles de clocher. Mais quel est le visionnaire génial qui l’a inspirée ? Retour sur une belle histoire… Une histoire qui écrira ses pages en France, en 2018, à l’occasion de la 42ème édition.

 

la Ryder Cup, c’est avant tout une histoire de jardinage

« Tout à un penny, de l’orchidée au cresson. » Et oui, la Ryder Cup, c’est avant tout une histoire de jardinage. Celle de Samuel Ryder, célèbre dans toute l’Angleterre pour ses graines de plantes, qu’il vendait par correspondance, et ce fameux slogan, œuvrant ainsi à la démocratisation d’une horticulture jusqu’alors réservée aux classes supérieures. Mais ce succès ne suffisait pas… encore fallait-il qu’il se mette au golf pour que cette compétition parmi les plus importantes du sport moderne voit le jour et gagne la renommée qu’elle connaît aujourd’hui. C’est chose faite en 1907, lorsqu’il saisit un club pour la première fois, à l’âge de 49 ans. Il faut dire que sa santé fragile lui interdit le cricket qui le passionne. Son pasteur, un homme sage, lui conseille alors de se mettre au vert en piétinant les « greens », histoire de pratiquer une activité tout en s’offrant des bouffées d’air frais et de nature.

 

250£, un trophée en or et une idée un peu folle…

Samuel Ryder devient un fou de golf. Coaché par Abe Mitchell à partir de 1925, un golfeur professionnel à qui il offre 1000£ par an, il est un jour pris d’une idée un peu folle en entendant parler de la Walker Cup, une compétition opposant les meilleurs amateurs britanniques à leurs homologues américains. Et si une épreuve similaire était créée pour les professionnels ? Déjà, en 1923, Ryder avait créé, avec son frère, James, le Heath and Heather Tournament, un tournoi portant le nom de sa société et offrant dotation et garanties aux participants. L’idée fait son chemin… Tandis que Samuel Ryder paie 250£ pour la création d’un trophée en or 14 carats, Abe Mitchell, dont la silhouette orne le couvercle de la coupe, parvient progressivement à convaincre ses collègues américains. Une première est tentée en 1926, sur le parcours de Wentworth, juste avant le British Open. Une première déclarée non-officielle du fait de la défection de la moitié des joueurs US.

 

Une première en 1927… sans Samuel Ryder

Ce n’est que partie remise… En 1927, au Worcester Country Club, dans le Massachussetts, se déroule la première Ryder Cup. Ni Abe Mitchell, qui devait être Capitaine de l’équipe britannique, ni l’ami Samuel ne peuvent y assister. Le premier souffre d’une appendicite tandis que le second est trop malade pour traverser l’Atlantique. Ainsi ne verront-ils pas les Etats-Unis l’emporter 9 ½ à 2 ½ mais se satisferont de la réussite de l’événement : « J’ai confiance dans le fait que ce match générera cordialité, amitié et paix à travers le monde civilisé », se félicite Mister Ryder. « J’attends du golf qu’il soit une force puissante qui révèle ce que l’homme a de meilleur en lui. » Comme avec ses petites graines, dont il avait inondé le marché britannique, Samuel Ryder veut un golf démocratique et moins fermé. Un outil d’humanisme. L’épreuve biennale s’ouvre d’ailleurs progressivement, puisqu’à partir de 1979, les Etats-Unis ne défient plus la Grand-Bretagne… mais l’Europe. En 2018, 91 ans après la première édition, la Ryder Cup tentera de poursuivre l’œuvre de son inspirateur en France, au Golf National. Et d’y planter un peu plus profondément les racines de ces petites balles blanches sur notre territoire…

 

Ryder Cup 2018 France 

About the author

Related Posts

Leave a Reply

Leave a Reply