Grasse, Uncategorized

Grasse, cité des fleurs : territoire de nature et de villages authentiques

Nichée dans la campagne provençale, Grasse déploie ses charmes en hauteur, entourée par le pays de Grasse, territoire de nature et de villages authentiques.

L’essor de la parfumerie
Au Moyen-Age, Grasse, rattachée en 1227 au Comté de Provence, est un village de tanneurs et d’éleveurs qui commerce avec Gênes et Pise. Lorsqu’au XVIe siècle, la tannerie connaît son âge d’or avec la mode des gants parfumés, la ville va développer son autre savoir-faire majeur : celui de la parfumerie. En 1656, Louis XIV, le roi le plus fleurant du monde, créé la corporation des Maîtres Gantiers parfumeurs. A Grasse, ceux-ci sont regroupés à proximité du canal qui parcourt la cité. Pour parfumer le cuir, ils imprègnent les peaux tannées d’huiles puis les mettent au contact d’une fleur fraîche. Les peaux absorbent alors le parfum. Les fleurs proviennent des champs de plantes à parfum qui abondent alentours : orangers, roses, œillets, violettes et jasmin.

 

La capitale mondiale de la parfumerie
Au milieu du XVIIIe siècle, la parfumerie se développe avec la création des principales maisons telles que Galimard en 1747 et Fragonard, sous un autre nom, en 1782. La parfumerie Molinard naît en 1849, période où l’activité de la parfumerie est répartie en trois domaines : les cultivateurs de plantes, les courtiers en fleurs et les industriels qui produisent le parfum. La parfumerie devient industrielle au XIXe siècle.
Le XXe siècle est l’ère des produits de synthèses qui vont permettre une diversification de l’activité de Grasse vers, entre autres, les arômes alimentaires.
Aujourd’hui, l’industrie du parfum est représentée par une soixantaine d’entreprises faisant travailler près de 10 000 personnes.

About the author

Related Posts