Grasse, specialités, Uncategorized

Sur la Côte d’Azur, les fleurs parfums et confiseries

Sur la Côte d’Azur, les fleurs se transforment en parfums et en confiseries. Georges Fuchs, Alsacien visionnaire, posa il y a presque 60 ans, les bases d’une saga familiale devenue une véritable institution azuréenne. Station touristique très prisée à la Belle Epoque, le Pont-du-Loup est le lieu de naissance de la confiserie Florian.

 

Des fleurs d’orangers à la violette cristallisée
Au début des années 20, le nom de Florian est d’abord associé à une fabrique de chocolat sise sur le port de Nice. Lorsqu’en 1935, Eugène Fuchs, fondateur et dirigeant de la parfumerie Fragonard, rachète un bâtiment à Pont-du-Loup, celui-ci est alors occupé par une parfumerie spécialisée dans la distillation des fleurs d’orangers.
« En 1949, mon grand-père Georges a créé la Confiserie des Gorges du Loup, raconte Frédéric Fuchs, actuel directeur de la confiserie. Il a racheté le matériel de la Confiserie Nègre, inventeur de la violette cristallisée, très célèbre à l’époque. » Georges Fuchs a surtout l’idée de diversifier les activités de l’entreprise. Comme il a ouvert l’usine de parfumerie aux visiteurs, il ouvre les portes de sa fabrique de bonbons et autres fruits confits et pâtes de fruits.

 

 

 

Et des bonbons aux confits de fleurs
En 1950, la famille Fuchs rachète la marque Florian et en 1974, la confiserie s’installe sur le port de Nice. « Si nos classiques existent toujours, nous créons aujourd’hui des sirops de rose et de violette, des confits de fleurs, rose, violette et jasmin, des Califleurs, du miel, des chocolats aux fleurs. Nos fleurs et nos fruits proviennent de la Côte d’Azur. L’utilisation de la matière première locale est notre force ». La famille Fuchs a également relancé la fabrication de chocolats et autres gourmandises à base de cacao : glaces, pâtes à tartiner, fondue, etc. Et perpétue l’esprit du fondateur en proposant de nombreuses animations et ateliers dans la boutique de Pont-du-Loup.
Et quand Frédéric Fuchs quitte la confiserie, il va souvent jouer au golf à Saint-Donat ou à Cannes Mougins « Je suis classé 35ème chez les seniors, souligne-t-il, amusé, mais mon fils de 18 ans est meilleur que moi ». Alexandre Fuchs est effectivement l’un des espoirs du golf français.

About the author

Related Posts